25.06.2013

Montrer l’exemple aux particuliers et aux entreprises

La commune valaisanne de Naters fait partie des Cités de l‘énergie réauditées. Pour le conseiller municipal Bruno Lochmatter, chargé de la Cité de l’énergie, il ne fait aucun doute que les communes assumeront un rôle décisif dans le cadre du tournant énergétique.

Qu’est-ce qui a incité Naters à se faire réauditer ? 
Bruno Lochmatter : Dans le cadre du changement de stratégie de la Suisse en matière de politique énergétique (sortie du nucléaire, promotion des énergies renouvelables et augmentation de la performance énergétique), la commune de Naters souhaite contribuer à poser des jalons pour une gestion optimale des ressources énergétiques. 

Quels sont les «projets-phares» de Naters en matière de politique énergétique ?
Je citerais le « réseau anergétique » en partie réalisé, qui exploite la chaleur de l’environnement (anergie : part d'énergie non transformable dans une autre plus précieuse, dans le cas de Naters, les rejets de chaleur industrielle). Il repose sur le masterplan Énergie de la commune qui date de 2008. En outre, l’établissement scolaire Turnmatte abrite depuis 2012 une installation photovoltaïque d’environ 400m2. L’énergie solaire qu’elle produit couvre la consommation moyenne des bâtiments scolaires. Tout en faisant des économies, on peut montrer aux élèves les avantages de l’énergie solaire de manière tangible. Notre cible est aussi la mobilité douce. Ainsi, nous avons réussi ces dernières années à aménager un axe piétons-vélos sur l’ancienne ligne du Matterhorn-Gotthard-Bahn. Celle-ci a obtenu en 2011 le Prix Flâneur d'Or. 

Quels sont à votre avis les avantages concrets du label Cité de l’énergie ? Le label offre aux décideurs des lignes directrices en matière de politique énergétique et il incite l’administration à les mettre en œuvre de manière ciblée. Par ailleurs, il sert pour ainsi dire d’exemple aux particuliers et à l’industrie. 

Quelle est le rapport coût/bénéfice de la certification ? 
Au premier abord, les frais administratifs et financiers paraissent énormes. Néanmoins, il est possible de réduire les frais administratifs grâce à une automatisation des processus couplée à une gestion des documents efficiente. À ce propos, le logiciel de comptabilité énergétique Enercoach est d’une grande aide. À plus long terme, il peut en résulter un avantage financier. 

Dans quelle mesure l’exemple montré par la commune a-t-il déteint sur la population ? 
Le nombre des demandes de permis de construire avec des systèmes de chauffage alternatifs s’est sensiblement accru. Parallèlement, les demandes de subventions ont aussi augmenté.  

Où les communes pourraient-elles encore intensifier leurs efforts au niveau de la réalisation de la Stratégie énergétique 2050 ?
Les grandes communes de plaine Naters, Brig-Glis et Viège devraient chercher de plus en plus à coopérer avec les fournisseurs d’énergie régionaux EnBAG (Energie Brig Aletsch Goms) et EnALPIN (Viège) et soutenir des projets régionaux. 

Des sceptiques prétendent que l’on peut atteindre les objectifs de la Cité de l'énergie, même sans certification et label. 
Bien sûr que l’on pourrait atteindre l’objectif sans certification ni label, mais c’est comme au sport : les objectifs motivent et les lignes directrices aident à ne pas perdre l’objectif des yeux.