26.03.2018

« Un instrument précieux pour les investisseurs soucieux de qualité »

Roland Stulz: Architecte et initiateur de la société à 2000 watts.

Monsieur Stulz, vous êtes à la fois architecte et initiateur de la société à 2000 watts. Comment conciliez-vous cette idéologie avec votre travail quotidien dans le domaine de l’architecture ?
Cela fait longtemps que les objectifs de la société à 2000 watts ne constituent plus une niche idéologique. Aujourd’hui, ils sont communément acceptés comme étant les conditions-cadres de la construction et de la gestion durables de bâtiments. Ils ont en outre été repris dans la quasi-totalité des normes, actes législatifs et certifications de ces dix dernières années, ce qui leur confère un caractère juridiquement contraignant, en particulier pour les nouveaux bâtiments. Ils sont donc tout à fait compatibles avec la pratique.

Avons-nous vraiment besoin de certificats comme « site 2000 watts » pour atteindre les objectifs de la Stratégie énergétique 2050 ?
Le cadre idéal pour assurer la durabilité du développement urbain, c’est le site ou le quartier. Pour coordonner et optimiser de manière globale les principaux facteurs d’efficacité énergétique et de développement durable, il est beaucoup plus efficace de travailler à ce niveau-là qu’à celui des bâtiments pris isolément. Le processus d’évaluation des bâtiments, de leur approvisionnement en énergie (mise en réseau), du site et de sa desserte par les transports publics – pour ne citer que les principaux facteurs – apporte une contribution essentielle à la Stratégie énergétique 2050.

La procédure étant relativement complexe et onéreuse, vaut-il vraiment la peine de se faire certifier « Site 2000 watts en transformation » ? Ne serait-il pas plus simple de démolir le site et de tout reconstruire ?
La certification de site 2000 watts est nettement plus simple et meilleur marché que toutes les certifications comparables. C’est un instrument précieux pour les investisseurs et les propriétaires soucieux de qualité et de rentabilité à long terme. Il crée la transparence dans la planification et l’exploitation du site, notamment parce qu’il tient compte de l’ensemble de son cycle de vie. Le processus favorise le dialogue entre investisseurs, milieux politiques, autorités et planificateurs, et sert de base de décision. Cette certification n’est ni complexe ni onéreuse. Pourquoi ? Parce qu’elle utilise exclusivement les données collectées dans le cadre des processus de planification et d’exploitation existants.

Y a-t-il des cas où les directives ne peuvent pas être mises en œuvre, ou sont source de désavantages ?
La direction du projet Sites 2000 watts gère les directives de manière à permettre une application judicieuse du certificat. Il peut être difficile d’obtenir la certification dans des situations particulières (quartiers anciens, zones rurales, organisation floue, etc.). En pareil cas, nous recherchons la meilleure solution possible lors du processus de certification et soutenons le projet en l’accompagnant notamment sur le plan de la communication.

Y a-t-il des locataires ou des propriétaires immobiliers qui ne veulent absolument pas d’une certification allant dans le sens du développement durable ?
D’après notre expérience, les locataires souhaitent pratiquement toujours une solution durable. Celle-ci leur permet d’économiser des frais de chauffage et d’entretien tout en leur offrant un projet de meilleure qualité sur les plans social et urbanistique et en créant un espace de vie de haute qualité. Cela vaut également pour la plupart des investisseurs.