15.12.2015

Trois questions à Pascal Mazzarini : Le Standard Bâtiments est indispensable pour une commune exemplaire

Lancé en 2008 puis renouvelé en 2011, le Standard Bâtiments 2015 pour les constructions publiques réunit dans un seul document les prescriptions optimales dans les domaines de l’efficacité énergétique, des énergies renouvelables et du climat intérieur sain. La Ville de Delémont a intégré cet instrument depuis son lancement et vient d'adopter la toute nouvelle version. Retour d’expérience avec l’architecte communal.

Avez-vous pu utiliser régulièrement le Standard Bâtiments 2008 dans vos projets ?
Dans l’évaluation Cité de l’énergie, le domaine des bâtiments est toujours celui qui a les moins bons résultats. Il était donc naturel de sortir la liste du Standard Bâtiments à chaque intervention, mais le Standard 2008 était plus souple que l’actuel. Nous avons cependant pu apporter des améliorations substantielles à des projets de rénovations, comme l’assainissement de deux pavillons scolaires devenus Minergie, ou la rénovation de la Colonie du Creux des Biches au Noirmont, où on est passé du chauffage électrique à une chaudière à pellets. Nous avons aussi construit un nouveau bâtiment pour l’école secondaire, qui est labellisé Minergie et chauffé aux pellets.

Où sont pour vous les grosses difficultés et quel est l’avantage du Standard Bâtiments ?
Des exigences plus élevées engendrent souvent des plus-values financières. Le Standard Bâtiments constitue donc une contrainte, mais également un argument supplémentaire pour faire passer plus facilement ces projets auprès du Conseil communal, du Conseil de Ville ou auprès du Corps électoral. Il y a également une autre contrainte, car la ville possède et exploite un réseau de gaz naturel dont elle doit assurer la rentabilité. En cas de remplacement d’une chaudière à mazout, le gaz est souvent privilégié par rapport à une énergie renouvelable, mais on peut trouver des exceptions pour des projets ponctuels ou sectoriels. L’autre grande difficulté réside dans les rénovations, avec la contrainte patrimoniale. Dans ce cas, on pourra justifier pourquoi on renonce à une isolation périphérique ou à une ventilation contrôlée. On arrive malgré tout à faire des choses intéressantes, comme cette rénovation d’une Villa de maître en 2011, transformée en bureau pour l’administration. Nous avons rajouté un vitrage isolant à l’extérieur, préservant ainsi la fenêtre historique à l’intérieur. Cette intervention a été validée et saluée par le Canton.

Votre bilan est-il suffisamment concluant pour poursuivre la démarche ?
Même si on ne peut pas répondre systématiquement à toutes les exigences du Standard Bâtiments, nous avons le réflexe « énergie » en abordant chaque projet. Et quand on nous a présenté la version 2015, nous nous sommes dits que cela valait la peine de faire le saut, en cohérence aussi avec le crédit cadre de 1.5 millions francs pour les améliorations énergétiques sur la période 2014-2018. Il a été adopté tout récemment par le Conseil communal. Pour les nouveaux bâtiments, le Standard Bâtiments 2015 est indispensable si on veut être exemplaire.

Cité de l’énergie GOLD Delémont
Standard Bâtiments 2015