La chaleur de l‘environnement

Les pompes à chaleur (PA) peuvent tirer de la chaleur environnementale des cinq sources suivantes :

  • L'air (PA air-eau)
  • Les eaux d'épuration
  • Le sous-sol (sonde thermique, géothermie profonde)
  • Les  nappes phréatiques (PA eau-eau)
  • Les eaux de surface

Le potentiel des trois dernières sources présentées fait l'objet d'une analyse précise.

Chaleur souterraine (géothermie profonde)

On peut tirer du sous-sol de la chaleur. Toutefois, seul 0,1 W/m2 de chaleur peut être extrait de la terre, raison pour laquelle on considère que l'utilisation durable de ce secteur reste faible. La règle générale applicable pour l'exploitation durable de la chaleur obéit au principe selon lequel l'aire pour l'utilisation de la chaleur géothermique durable équivaut à 10 fois la surface de référence énergétique (SRE). (Sources : Roland Wagner, Weissdorf/Partners SàRL, Exposé présenté au Forum de l'énergie de Zurich). Nous en tirons une évaluation raisonnable de 5 sondes géothermiques par ha.  

Il faut cependant observer qu'une planification et une exploitation bien établies permettent de réaliser une utilisation plus intense, par exemple en recourant à des sondes plus profondes et des sondes souterraines avec rechargement en été.

La plupart des cantons disposent de cartes indiquant les lieux qui se prêtent à l'exploitation de la chaleur souterraine ; ces cartes sont utiles comme bases pour des analyses de potentiel.

L'exploitation de la chaleur souterraine nécessite une autorisation du canton; dans tous les cas, il faut contacter le service cantonal compétent pour la prospection sur place. Ce service peut fournir des renseignements sur l'exploitation actuelle ou sur le potentiel éventuel.

Chaleur des nappes phréatiques

La carte de la chaleur souterraine fournit des indices concernant l'utilisation des nappes phréatiques.

Il n'y a pas de règle générale pour l'exploitation des eaux souterraines, car leur utilisation est tributaire de l'épaisseur de la source de la nappe phréatique et de la nature du sous-sol. Voila pourquoi il convient de procéder à une évaluation quantitative du potentiel. L'exploitation des nappes phréatiques n'est recommandée que pour des grands consommateurs (réseau de chaleur à distance).

L'exploitation des nappes phréatiques nécessite une autorisation du canton, dans tous les cas, il faut contacter le service cantonal compétent. Ce service peut fournir des renseignements sur l'exploitation actuelle ou sur le potentiel éventuel.

L'exploitation des nappes phréatiques n'est recommandée que pour les grands consommateurs (chaleur à distance).

Chaleur de l'eau

Le potentiel d'exploitation des eaux de surface est relevé qualitativement. Il faut contacter le service cantonal compétent pour obtenir des renseignements sur ce potentiel et sles utilisations actuelles. L'exploitation des nappes phréatiques n'est recommandée que pour les grands consommateurs (chaleur à distance).

Seules les quantités et les flux considérables d'eau (volume moyen d'écoulement de plus de  10m3/sec) peuvent être utilisés pour éviter de modifier par trop la température normale du flot. En effet, dans les eaux courantes, il ne faut pas augmenter ou diminuer la température de plus de 3 degrés (et même de 1,5 degré au maximum dans les zones de la truite).

Mesures possibles

  • Informer la population (liens sur internet, manifestations d'informations)
  • Conseil à la population (matériel d'information, renvoi à des spécialistes)
  • Examiner la chaleur à distance -> cadastre de la chaleur, mettre en œuvre une planification énergétique simplifiée
  • Informer de la cogénération, éventuellement en collaboration avec d'autres communes de la région (exploitations industrielles importantes, noyau du village)

Autres informations

Cartes de potentiel